N°4_volume_polychrome_2019_carton_mousse
peinture de Marcel Baugier
En voir plus
En voir plus
Marcel BAUGIER

vit et travaille à Barjols dans la Var (Provence) près de Brignoles.

Ses dispositions pour la peinture se manifestèrent très tôt. A l'âge de dix ans il brossait déjà des sujets à l'huile, sur des supports de fortune. Adolescent, son goût pour la mise en scène de Cinéma faillit le détourner des Arts Plastiques.

La peinture, il la découvre vraiment durant ses études parisiennes, par la fréquentation assidue des Musées, (celui du Louvre comme celui d'Art Moderne), des expositions importantes et des Galeries les plus vivantes. BAUGIER y puise l'enseignement des Maîtres anciens et modernes approfondissant leur technique, et sondant surtout les profondeurs spirituelles et émotives de cet art.

A ce sujet, il dit volontiers: " au Louvre, je venais chercher ma nourriture quotidienne, extraire au crayon ou au pinceau, l'essence vitale de l'oeuvre, celle qui se cache au-delà des apparences. Ma façon d'interpréter les Maîtres provoquait le plus souvent un sourire moqueur chez le visiteur qui aurait aimé y trouver un travail de fidèle copiste".

Marqué par les Primitifs Italiens, ébloui par la lumière de Rembrandt et de La Tour, conquis par la couleur de Delacroix, il se passionne pour la composition de Cézanne, la force de Picasso, la pureté de Matisse.

Dès 1971, de retour en Provence, il va consacrer dix années de travail, de foi, de recherches, à se forger une technique et une personnalité originales.

sérigraphie de Marcel Baugier

Longue période de gestation, laborieuse, douloureuse, où le doute et le spectre des Maîtres, hantent sa pensée créatrice.

Suivant le mot de Delacroix "La nature est un dictionnaire", il interroge les collines, les pins, la terre, qui lui fournissent les éléments de ses compositions, montées comme pierre à pierre, par plans réfléchis, à la limite de l'abstraction. Ils lui fournissent aussi son matériau coloré: pour beaucoup les terres, les ocres et les verts plus ou moins rompus du terroir.

On pense volontiers au paysagisme abstrait, qui s'apparente à la vision aérienne du territoire mais prenons garde que la photo aérienne nous révèle les linéaments fantomatiques des habitats celtes ou gallo-romains, qui sourdent au travers du patchwork des parcelles cultivées.

 

L'abstraction, il s'y plonge épisodiquement dans la quête de l'invisible: "rendre visible l'invisible" ce mot de Paul Klee qui pose la vraie question de l'acte créateur.

Au terme de ce parcours difficile, propre à toute démarche picturale sincère, se dessine, vers 1981, une voie plus précise, celle de la maturité naissante.

 

 

Dès lors, cette personnalité va s'affirmer d'oeuvre en oeuvre se rapprocher d'une vérité plus fine, sans jamais s'alourdir d'une technique définitive: nous sommes à cent lieues des hautes pâtes ébouriffées, des éclaboussures ou des giclures des expressionnistes de tout poil, qui croient mimer ainsi l'exubérance de la force vitale.

Ainsi ses toiles se succèdent, sans jamais être des duplicata. BAUGIER guette constamment dans sa toile, l'opportunité de son oeuvre prochaine.

On lira dans une toile de BAUGIER, les vestiges de son esquisse, apparaissant en teintes pures, aux dissonances masquées, dans les fissures ménagées entre les plans derniers posés: la violence est ici tapie comme un feu latent sous le couvert général; BAUGIER brûle sous ses glacis.

 

 

peinture de Marcl Baugier

Marcel BAUGIER peint avec des couleurs charnelles ; il mélange la terre de Provence aux exigences de la construction, il est architecte de sa pensée et chromatiquement affectif et ce mélange savant de la rigueur et de la sensualité sont la base de son savoir-faire.

Il est un peu le Matisse de l’abstraction. Son mûrissement, palpable au cours des années, le conduit inéluctablement à continuer d’explorer les friches de ses expériences réitérées.

Toujours en mouvement, sa palette cherche à se reposer mais lui, comme un jardinier jusqueboutiste, tente de nouvelles semailles, trace de nouvelles charpentes, idéalise d’autres voies et le spectacle de ses avancées nouvelles toujours me mobilise autant.

J’aime l’ami et je n’en finis pas de découvrir le peintre.

 

                                                                                                                        Jean VAUTRIN

                                                                                                     Ecrivain Prix Goncourt

  • Twitter Classic
  • Facebook Classic
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now